Il est un souffle…

Il est un souffle...

Il est un souffle où tout vacille, où tout est force et équilibre, où tout est libre

 

Il y avait des oiseaux, des oiseaux par milliers ; ils volaient dans les champs, les arbres et les blés ; des oiseaux comme immenses, certains blancs, d’autres bleus, planant, virevoltant, déployés dans les cieux ; des oiseaux majestueux en nuées d’existences et de rêves amoureux ; des oiseaux merveilleux…

 

Il est un lieu où rien ne dure, où tout s’exalte par la foi, où tout est pur

 

Le jour descendait et la lune montait. Le temps s’arrêta un instant. Le bonheur était loin où les grillons chantaient. Le bonheur revenait…

 

Nous attendrons que le mal passe et que le temps parte en sillons

 

Il y eut des animaux en vastes étendues de lumière et d’air bleu, de blanches immensités de silence et de feu…

 

Je t’aime au-delà du réel, même au-delà du raisonnable, et du réel

 

Horizons roses horizons bleus, au large du réel, un basson si léger. Cascades envolées, cratères d’ombre et de vert, troupeaux dans la vallée, flamants roses éployés…

 

Sur une ligne continue le bonheur est immense

 

Et quelques notes de piano, des escarbilles dans la nuit, un jeu de cartes, deux grillons…

 

Liberté d’être loin pour ne plus revenir

 

(extrait d’une suite poétique parue dans la revue Thauma n°11 (« Couleurs, Lumière »), septembre 2013)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s