L’abbaye (A.B.)

Monter à l’échelle aujourd’hui condamnée, jusqu’aux cloches de l’abbaye, pour contempler la ville, sous leur masse de bronze

Ou contempler la nef, de biais, par la fenêtre de la chapelle Saint-Michel

L’escalier en colimaçon pour y monter, sauf le palier aux vitraux en losanges. Les piliers sont vertigineux, vus d’en haut, dans leur robe rose

Sensation lisse de la corde et froide de la pierre, pour pouvoir redescendre. Les voûtes du narthex en damier noir et blanc et les dalles immenses qui parfois sont des tombes

L’une d’elle en ovale. Coquille du bénitier. Dans l’allée latérale, toujours la Vierge noire entourée de bougies. Petit au visage d’homme

La crypte aux colonnades sur le vertige d’un puits

Mais le choeur de lumière autour du Saint-Esprit

(Arnaud Beaujeu, Tous droits réservés)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s