Et si… (Arnaud Beaujeu)

Un garçon et une fille avancent par le pré. Elle se baisse pour ramasser une herbe et fait le geste de relever une mèche autour de son oreille. Ils repartent élancés :

Que je voudrais, mon amoureuse, suivre le vent, le vent lointain, parmi les âmes amoureuses, au devenir, à l’incertain

Et si la vie était légère, l’amour chantant, l’oiseau charmant… Si du printemps à l’hiver, habillés de grâce légère, les amoureux allaient dansant

(Texte et photo: Arnaud Beaujeu)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s