La tonnelle (Arnaud Beaujeu)

J’irai m’asseoir sous la tonnelle à la première heure de l’aube pour écouter le rossignol chanter
et regarder l’entrelacement des rutilances dans les feuilles
le laurier-sauce le figuier le cade et le micocoulier

Lumière lumière es-tu celle que jadis entendit chanter 
un pâtre sur son banc de pierre
il avait vu s’entrelacer en bras comme en branches amantes
le laurier-sauce le figuier le cade et le micocoulier

Si je suis celle philomèle qu’un jour tu entendis chanter
alors danse avec toutes celles
qui rutilantes comme feuilles sont si jolies à regarder
le laurier-sauce le figuier le cade et le micocoulier

(Arnaud Beaujeu, L’amour de vivre, éd. Nu(e), 2014)

 

L’image contient peut-être : plante

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s