… (Arnaud Beaujeu)

Entre les collines et la mer sentier de cistes et le bleu-vert de la barbe de Jupiter

On aimerait voler marcher sur la mer, suivre les voies de la lumière qui scintille sur l’eau

N’être que d’eau n’être que d’air, n’être que d’ombre et de lumière

Et l’eau sous l’alizé scintille, la mouette plane au vent

Sous le palmier quelques risées parcourent la surface de la mer

(Arnaud Beaujeu, L’Amour de vivre, éd. Nu(e), 2014)

Photo: A.B.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s