… (A.B.)

Parfois tu disparais et le feu se consume, et montent dans le ciel des signaux de fumée, puis tu réapparais et le feu se rallume, les flammes t’illuminent

(Arnaud Beaujeu, L’Amour de vivre, éd. Nu(e))

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s