Un jour (Arnaud Beaujeu)

Un jour j’écrirai plus que ne peut le dire la voix
plus que le temps le permettra
Retrouver le silence au plus profond de soi
le silence est immense et le bonheur
roi

(Texte et photo: Arnaud Beaujeu, Tous droits réservés)

L’image contient peut-être : bandes et chaussures
Publicités

Un exil au bord de la mer (Arnaud Beaujeu)

A l’arrivée que reste-t-il
une attente au bord de la mer
la vie continue de tourner

*

Les uns remplacent les autres
et les vagues continuent sans relâche de frapper
le rivage des années

*

Toujours le même
toujours
tout aussi insensé

La vie s’agite en mille couleurs mille folies traversées
que le vent balaie une à une
jusqu’à épuisement

*

Demain nous irons traverser
d’autres folies d’autres chimères
en attendant

*

Un exil au bord de la mer agite
les rideaux légers
les carreaux-ciments sont des pierres inanimées

Un fort se détache en lumière
enlacé d’un bougainvillée
nous irons jouer dans la mer au bonheur retrouvé

*

Tournent les heures de la journée
chacune est belle d’une unité
de tons et de couleurs

*

On passe cette vie dans le bleu
dans la joie d’exister pleinement
jusqu’à n’être plus

La mer se lève le matin
avec tous les noyés les morts les trépassés
elle se réveille d’un long sommeil pour les ressusciter

*

Certains font la planche
d’autres nagent le dos crawlé
puis ils se sèchent au soleil avant de petit-déjeuner

*

On se promène souple et léger dans les rumeurs du jour
à peine a-t-on le temps de se retourner
que déjà le soir arrivé

Etre là
sans trop savoir pourquoi
au milieu des jeux et combats

*

Laisser passer les jours ronds et pleins chaque fois
vivre d’amour et d’eau salée
jusqu’au prochain échouage

*

La mer parle la nuit
elle raconte des histoires à dormir debout
elle parle toute la nuit

*

Et tous les âges de la vie
se retrouvent en ces heures
où le soleil luit

Texte et photo: Arnaud Beaujeu (Tous droits réservés)

L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et nature