Le lieu des songes… (Arnaud Beaujeu)

Nous longeons un marigot. Les libellules à la surface, font tantôt du sur-place, tantôt des accélérations, comme par un don d’ubiquité. Les caniers croisent au vent : leurs feuilles déroulées bruissent muettement, ombres dans le ciel d’eau. Nous plongeons nos pieds dans les fonds tièdes du ruisseau : ils disparaissent, formes olivâtres, en réveillant des tortues d’eau, des têtards, de petites couleuvres qui vont se cacher sous la vase.

Dissimulé, un rossignol trille son chant dans un laurier. La feuillée de deux cerisiers se reflète dans l’eau. Des châtaigniers, des fougères, un sureau, de grands lierres s’enfoncent dans un val obscur aux passages secrets. Le chemin de terre permet pourtant d’y accéder: nous le réempruntons, pendant que Knight à nos côtés, fait s’envoler une grive.

Quand la nuit vient, le concert des crapauds commence doucement, avant de s’amplifier. Une chauve-souris volette en petits carrés. Les grillons parlent aux morts et un parfum de cendres s’exhale de la terre, se mélange dans l’air… Une cloche de dîner, au loin, retentit. Nous arrivons au lieu des songes…

(Arnaud Beaujeu, extrait de Pierre et Jeanne (roman), éd. d’A côté, 2018)

Aucune description de photo disponible.

… (Arnaud Beaujeu)

L’aubriette et la giroflée se sont perdues dans le jardin, sous les poivres d’âne et l’orpin, l’euphorbe et la grande pervenche, la vipérine faux plantain

Les coronilles entêtantes se mêlent au glaïeul des prés et couvrent de leurs feuilles aimantes l’iris et le genêt d’Espagne, le chèvrefeuille, le laurier

Les cyprès et les arbousiers, les yeuses et le pistachier s’entremêlent, s’élancent, au ciel inespéré ; l’amour s’y réenchante et le vent fait se balancer les chênes blancs, le néflier, les grands érables, le cormier

(Arnaud Beaujeu, L’Amour de vivre, éd. Nu(e), 116 p., 2014)

Tableau: Bonnard

L’image contient peut-être : plante, arbre, plein air et nature

Si une parole… (Arnaud Beaujeu)

Si une parole me libérait je pourrais peut-être effacer les frontières, pousser l’anéantir jusqu’au bord de la mer

la vague sur la vague au creux m’emporterait, d’un retour en arrière et m’ensevelirait

[…]

et sans voir tout à coup la petite clarté de cet instant d’été t’entourer – tu rirais

à nager dans les vagues et les courants contraires, à goût de vent de sel de lumière et de mer

 

(Arnaud Beaujeu, L’Amour de vivre, éd. Nu(e), 2014)

 

Photo: A.B.

L’image contient peut-être : océan, ciel, eau, plein air et nature