La tonnelle (Arnaud Beaujeu)

J’irai m’asseoir sous la tonnelle à la première heure de l’aube pour écouter le rossignol chanter
et regarder l’entrelacement des rutilances dans les feuilles
le laurier-sauce le figuier le cade et le micocoulier

Lumière lumière es-tu celle que jadis entendit chanter 
un pâtre sur son banc de pierre
il avait vu s’entrelacer en bras comme en branches amantes
le laurier-sauce le figuier le cade et le micocoulier

Si je suis celle philomèle qu’un jour tu entendis chanter
alors danse avec toutes celles
qui rutilantes comme feuilles sont si jolies à regarder
le laurier-sauce le figuier le cade et le micocoulier

(Arnaud Beaujeu, L’amour de vivre, éd. Nu(e), 2014)

 

L’image contient peut-être : plante

Publicités

La huppe (Arnaud Beaujeu)

Quand la huppe s’envole, c’est comme si une image d’école était devenue réalité. La tourterelle en croix vole au-dessus des blés. La chauve-souris se colle au mur pour se chauffer. le cri de l’épervier comme un signal d’été, une volée de moineaux dans les haies. L’aile noire et bleutée du corbeau passager des silences…

(L’Amour de vivre, ed. Nu(e), 2014)

 

L’image contient peut-être : oiseau

 

 

Le messager (Arnaud Beaujeu)

Arpenteur de chimères et livreur de courrier, je traverse les airs pour porter la nouvelle la plus belle qui soit : il n’y a pas de frontières à nos rêves les meilleurs ; que la mondialité d’une terre nomade, heureuse et vagabonde. Il n’y a pas d’étrangers : que l’espace léger, sans dedans ni dehors, du souffle qui traverse nos âmes éveillées…

 

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

Hermès au repos, Villa des Papyrus, Herculanum